Parc Georges Brassens

Les déplacements doux

Aujourd’hui je vous parle des déplacements doux… j’aime bien cet adjectif. Dans cet article, je vous explique comment j’ai été amené à les privilégier par rapport aux transports en commun.

J’entends par « déplacements doux » les modes de transports sans moteur, à la seule force de nos petites jambes : vélos, trottinette, marche à pied.

Le chiffre

52% des déplacements en voiture font moins de 3km.

Ces 3km me parlent. Car j’ai beau ne pas conduire, la distance qui sépare mon appart’ à mon lieu de travail est d’environ 3,3 km. Point de carrosse pour me rendre au boulot, je marche, je « trotte » ou je joue la sardine dans les transports en commun.

Dodo-métro-boulot

J’ai testé plusieurs modes de transports alternatifs.

Le vélo en libre-service

Lorsque j’habitais sur Paris, j’utilisais régulièrement les Vélib’ (vélos parisiens en libre-service). C’était très agréable, surtout lorsque le beau temps était au rendez-vous. C’était aussi super pratique, car des Vélibs’ on en trouve partout. Et un peu grisant, il faut le dire ! Ben oui parce que pendant que les autres sont écrasés les uns contre les autres comme des sardines dans une rame de métro (ou pire une rame de RER !) je profitais de l’air frais en pédalant. Eh ouais :)

Ce qui est moins cool, c’est de prendre le dernier vélo et de comprendre pourquoi c’est le dernier au premier coup de pédale… car en fait il n’y a plus de pédale… true story.

Vélo à Paris

Le vélo perso

J’ai longtemps hésité à en acheter un. Surtout que la mairie de Paris propose une aide financière pour l’achat d’un vélo électrique. Je trouve que c’est une excellente initiative surtout quand il n’y a à ma connaissance aucune proposition du côté de mon entreprise. Si je ne suis pas passé à l’acte, c’est parce que je n’avais pas de local à vélo et aucune place dans mes 25 mètres carré.

La marche à pied

Si vous aussi vous êtes l’heureux(se) détenteur(trice) d’un tracker d’activité, vous avez sûrement chercher à atteindre l’objectif de 10 000 pas quotidiens ! Et comme moi, vous avez réalisé que c’était parfois un vrai challenge. Quand je ne me bouge pas les fesses, je tourne autour de 4500 pas par jour. Ce qui est peu même si les 10 000 pas ne s’appuient sur aucun étude scientifique. Alors comment augmenter mon activité pédestre ?

Je me suis longtemps demandé combien de temps cela me prendrait de me rendre à pied au boulot. Et BAM, les médias ont annoncé un bordel monstre dans les transports à l’occasion de la COP21. Je me suis dit que c’était l’occasion de marcher ! Donc avec mes petites jambes, je parcoure 3,3 km en 45/50 minutes. Oui, une vraie tortue :)

J’ai essayé de transformer l’essai, d’en faire une habitude. Surtout que l’aller = 5000 pas donc l’aller-retour = BIM 10 000 pas ! Alors au début j’ai un peu traîné des pieds, j’avais un peu la flemme il faut le dire. Et finalement j’ai trouvé cela de plus en plus agréable :

  • On respire l’air frais (ou pas, la région parisienne ce n’est pas non plus la folie niveau qualité de l’air mais aucune odeur de transpiration pour le coup  – if you know what I mean)
  • C’est l’occasion de se vider la tête, ce qui fait réellement du bien au retour. C’est un peu une séance de méditation version light finalement.
  • Si vous marchez rapidement, ça peut être sportif ! Si vous préférez y aller en douceur comme moi, ça reste une activité saine qui ne vous fera que du bien.
  • Il paraît que la marche réduit les risques cardio-vasculaires, tonifie les muscles, etc. Pour ma part, je trouve que ça fait travailler la respiration.
La trottinette

Un jour de grève, j’ai vu un mec en costard-cravate aller au boulot en skate. La classe, non? Ce fut une révélation ahah. Bon vu que je ne peux pas parcourir plus de 5 mètres en skate sans me vautrer, je me suis plutôt dit « et pourquoi pas une trottinette ? ». Après 4 visites à Décathlon, j’ai fini par céder à la tentation. Et j’en ai pour 25 minutes de trajet en trottinette, soit autant qu’avec les transports en commun. Je ne vous raconte pas ma satisfaction lorsque je me suis aperçue que j’avais rattrapé un bus coincé dans les bouchons ou ralenti par les feux rouges. Mouahahahaha :) Bon je crâne mais les jours de pluie, la trottinette glisse dangereusement et sans parapluie c’est tout de suite moins cool.

Edit : Mes chevilles confirment que la trottinette par jour de pluie, ça fait mal… Ouch !

Alors je ne vous cache pas que lorsque je ne croise que des collégiens en trottinette, je me sens parfois un peu gamine (surtout qu’avec mon look sweat à capuche et mes gènes asiatiques je parais plus jeune). Mais tout de suite ça va mieux quand je croise d’autres adultes !

Et vous, comment vous rendez-vous sur votre lieu de travail ? Êtes-vous déjà un(e) adepte d’un mode de transport doux ? Ou bien êtes-vous plutôt à deux doigts d’adopter un vélo ou une trottinette ?

Bonne route, Emeline

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s